All rights reserved 2017-2025 Euroasia Global Education S.a.r.l . Version 17.9.1

Euroasia Global Education

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

  • Facebook EUROASIA GLOBAL EDUCATION
  • EUROASIA GLOBAL EDUCATION
  • EGE LinkedIn
  • EGE Instagram
  • EGE YouTube
  • EGE Pinterest

Head-office : 03 Rue Docteur Huart

59260 Lille, France

( Ancien : 21 Avenue Le Corbusier, 59000 Lille) 

EUROASIA GLOBAL

EDUCATION

PORTAILS

Espace étudiants

Espace familles d'accueil

Espace sociétés d’accueil

Espace partenaires / universités

Espace employées

MyEGE

PRINCIPAUX PROGRAMMES

Stages à l'étranger

Au pair Homestay

Etudier en France

Summer programs

Jobs à l'étranger

Voyages étudiants

Les services optionnels

FAQs

Apr 3, 2018

Optimisez votre CV - Les hobbies à mettre en valeur

0 comments

Edited: Apr 4, 2018

Outre les qualifications, l'expérience et les compétences, les hobbies vont être représentatifs de la personnalité du candidat. Alors, quels hobbies mettre en avant sur un CV?

1. Le bénévolat et l'engagement associatif

 

Cela enrichit votre CV en justifiant vos valeurs et vos "soft skills", notamment le travail en équipe, la motivation et l'engagement. N'hésitez pas à détailler les missions qui ont un lien avec le poste visé.

2. Les pratiques sportives

Que ce soit un sport individuel ou collectif, cela illustre le dynamisme et la persévérance du candidat.

3. Les activités créatives, corporelles et manuelles

Elles permettent de démontrer vos "soft skills", telles que la patience, la rigueur et la créativité.

4. Les voyages

N'hésitez pas à mentionner si vous avez beaucoup voyagé, et encore plus lorsque vous avez passé un an à l'étranger. Les voyages démontrent que vous faites preuve d'ouverture d'esprit, de curiosité et de tolérance.

Veillez à uniquement mentionner les activités que vous pratiquez, afin d'être capable d'en parler en entretien.

Source // Hays //

Tags: Hobbies, Skills, Job, CV, entretien, jeune, stage, conseils, EGE, EGE France

 

 

 

 

New Posts
  • L’entretien d’embauche est souvent une expérience éprouvante pour les nerfs. Est-ce normal, docteur ? On ne se présente pas à un entretien d’embauche tous les jours. Or, à toute situation nouvelle, il y a une réaction de stress. Le stress ça se travaille Parmi les formes les plus fréquentes de stress, on retrouve la crainte de mal faire, de perdre ses moyens, de ne pas faire bonne impression, d’être moins bon que les autres candidats ou encore de devoir parler des trous dans son CV. Mais ces peurs renvoient toutes au problème de l’identité personnelle et à la manière dont la personne s’est construite. Ceux qui ont été à l’aise dans leurs études et dans les situations d’examen sont généralement à l’aise en entretien de recrutement. Ceux qui ont plus de failles risquent d’être plus impactés par le trac s’ils ne se préparent pas correctement. Mais dans tous les cas, ça se travaille ! Préparer les 3 premières minutes En général, le stress dure trois minutes, après quoi on est trop concentré sur ce qu’on doit dire pour laisser de la place aux pensées négatives. Lorsqu’arrive la première question, celle qui consiste généralement à vous présenter, le niveau de stress atteint des sommets. Plus vous saurez ce que vous allez dire, plus vous aurez un sentiment de contrôle et moins vous aurez peur. Afin d’éviter un relent de stress en cours d’entretien, préparez-vous également aux questions pièges liées aux détails de votre CV ou à un parcours atypique. Changer votre vision de l’entretien Plutôt que de percevoir l’entretien comme un examen où vous serez questionné par un recruteur, pensez-le comme une occasion d’obtenir des réponses à vos questions et de vérifier que le poste et l’entreprise correspondent à votre projet professionnel. En voyant les choses ainsi, on s’enlève de la pression et on équilibre les choses face au recruteur. Se mettre dans les conditions optimales… et respirer Arrivez en avance, éteignez votre téléphone, concentrez-vous sur l’objet de l’entretien et respirez profondément. Selon les spécialistes, c’est dans la respiration que repose en grande partie le secret de la « zénitude ». « Le fait de s’asseoir, de caler son dos, de respirer par le ventre et de détendre les épaules fait diminuer la peur d’environ 40 % », insiste Anne-Françoise Chaperon. Se concentrer sur les choses concrètes Vous vous êtes préparé comme un chef mais avant de franchir la porte, la boule au ventre ne vous quitte pas. Concentrez-vous alors sur le bureau de votre interlocuteur, sa poignée de main, chacune de ses questions. En se focalisant sur des choses concrètes dans le temps présent, il n’y a plus de place pour la peur. Et si le trac persiste, quoi de mieux que de le poser clairement sur la table pour s’en débarrasser ? N’ayez pas honte d’avouer au recruteur que vous êtes légèrement stressé. En plus de rendre votre stress moins encombrant, cela incitera peut être votre interlocuteur à prendre ce facteur en compte. 5 Etre soi-même En entretien, le langage verbal représente à peine 7 % du message que vous passez. Le recruteur s'attache davantage à tout le reste : le para-verbal (ton de la voix, accent...) pour 38%, et le non-verbal ( posture, gestes, mimiques...) pour 55 %. Tout le reste réside donc dans la capacité à être soi-même. Alors soyez le plus naturel possible. La pire des choses serait de jouer un personnage devant le recruteur ou d’essayer de donner les bonnes réponses. C’est bien simple, il n’y en a pas. Alors recentrez-vous sur vous-même et faites-vous confiance. 6 Laisser la place au « bon stress » Si trop de stress peut être nocif, attention à ne pas faire du déni de trac. Arriver en dilettante, en sifflant ou les mains dans les poches est loin d’être souhaitable. Contrairement au stress qui paralyse, le « stress positif » ou « stress moyen » correspond à cette poussée d’adrénaline qui nous donne de l’énergie et nous rend plus motivé et convaincant quand on s’exprime. Dosé sciemment, votre trac peut finalement jouer en votre faveur… Source : //Keljob//
  • Les candidats voient souvent l’entretien d’embauche comme une occasion en or pour parler de soi. Mais c’est aussi le moment de prendre un maximum d’informations sur le poste et l’entreprise pour ensuite mieux se positionner et faire la différence. Partant ? Quand le nom de l’entreprise est confidentiel Les cabinets de recrutement sont parfois tenus au secret professionnel et ne peuvent pas révéler le nom de l’entreprise qui embauche. Si le consultant prévient en amont qu’il ne peut dévoiler le nom de la société, il ne faut pas chercher à savoir car il est probablement soumis à une clause de confidentialité. En revanche, il est possible de lui poser des questions sur l’environnement économique de l’entreprise, ses concurrents et son secteur d’activité. Veillez à lui poser des questions précises mais qui restent ouvertes afin de lui laisser une marge de manœuvre. Non seulement vous recueillerez des éléments utiles pour bien appréhender la fonction, mais vous montrerez votre désir d’aller au-delà des échanges classiques. Comprendre le contexte du recrutement : « Pourquoi ouvrir ce poste ? » Est-ce un remplacement ou une création de poste ? Pourquoi le prédécesseur est-il parti? Autant de questions pouvant être formulées. Car si l’entreprise recrute pour remplacer une personne promue, cela signifie que votre prédécesseur sera là pour assurer le suivi. S’il a démissionné, il est intéressant de demander pourquoi afin d’en comprendre le contexte. Non seulement vous recueillerez des éléments utiles pour bien appréhender la fonction, mais vous montrerez votre désir d’aller au-delà des échanges classiques. Quand le recruteur est salarié de l’entreprise convoité : « Pourquoi avez-vous choisi cette entreprise ? » Voici des questions à poser aux interlocuteurs internes à l’entreprise : quand avez-vous intégré l’entreprise ? Qu’est-ce qui vous plaît dans cette société ? Le candidat montre ainsi qu’il s’intéresse au recruteur. De plus, il obtient des informations utiles sur ce que l’entreprise offre d’attrayant au-delà de la fiche de poste. En demandant l’avis du recruteur, vous le valorisez par la même occasion. En échangeant avec lui, le candidat peut en apprendre plus sur le type de profils qui rejoignent l’entreprise, les qualités pour être promus. Les questions à éviter pour le 1er entretien d’embauche Toutes les questions qui concernent les aspects statutaires tels que les horaires de travail, les congés, les conventions collectives sont à éviter. Le candidat doit avant tout se positionner sur le poste. De la même manière, si le salaire est le nerf de la guerre, on ne l’évoque qu’à la fin de l’entretien, sans quoi le candidat montre un intérêt biaisé pour l’emploi. Et après ? En interrogeant le recruteur, non seulement vous vous démarquerez des candidats qui n’osent pas le faire, mais vous récolterez aussi des informations qui vous serviront dans la suite du processus de recrutement. Après l’entretien, rédigez un mail de remerciement récapitulant le contenu de l’échange et résumant les éléments recueillis. Le candidat montrera ainsi qu’il a bien appréhendé les spécificités du poste. Source : //Keljob//
  • Ce n’est pas parce que la question arrive généralement en fin d’entretien qu’elle est anecdotique. Pourtant, peu de candidats préparent suffisamment leurs réponses à cette demande du recruteur : « Avez-vous des questions ? » Les erreurs à éviter et les bonnes questions à (se) poser. S’intéresser à la stratégie de l’entreprise Trop souvent, lorsqu’on demande à un candidat s’il a encore des questions, il se contente de répondre non. Ou alors, il comble le silence en déroulant une nouvelle fois son CV que le recruteur connaît déjà. Il commet l’erreur de redites. Ce que le recruteur attend vraiment : voir si vous vous intéressez à l’entreprise, si vous vous y projetez. Exemples de questions : - Quels sont vos principaux clients (ou concurrents) ? - Quel est votre positionnement marketing ? - Quels sont vos axes stratégiques / de développement de l’entreprise ? - Quelles sont les valeurs de cette dernière ? Se renseigner sur votre future équipe éventuelle Parfois, les candidats commettent aussi l’écueil d’aborder la question de la politique de frais de la boîte, du nombre de RTT accordé ou du remboursement de la mutuelle… Le piège, ici, serait de parler salaire. Parce qu’il y a des questions qu’on ne pose pas tant qu’une proposition d’embauche n’a pas encore été faite formellement ! Avec ces questions prématurées – bien que légitimes - vous risquez d’être catalogué comme un candidat matérialiste. L’alternative ? Parler de l’organisation interne, de votre future équipe potentielle… Des sujets au plus prêt de votre quotidien professionnel, qui ne sont pas pour autant déplacés à ce stade. Exemples de questions : - Comment s'organisent les différents services ? - Quelle est votre politique de management ? - Quel est le rythme du reporting ? - A qui est rattaché le poste ? - Pourquoi le prédécesseur est-il parti ? - Quelles sont les principales difficultés du poste selon vous ? Oser une question originale Pour ceux qui souhaitent sortir des sentiers battus, une question concernant plus directement le recruteur peut faire mouche. Un entretien de recrutement, ce n’est pas qu’un examen de passage mais c'est aussi un échange. Le recruteur a lu votre CV et vous connaît déjà. La fin d’entretien, au contraire, peut être le moment de s’intéresser à lui. Exemple de question : - Qu’est-ce qui vous a intéressé dans mon CV ? - Pensez-vous que mon profil soit en adéquation avec le poste ? Ce que votre question révèle de vous-même La curiosité du candidat est un facteur de différenciation. Pour cet expert en innovation managériale, ces questions, même anodines, en disent généralement long sur le profil des candidats. Par exemple, quelqu’un qui s’interroge sur la marque d’une voiture de fonction trahit un « besoin de reconnaissance ». En revanche, celui qui s’enquiert de la stratégie de l’entreprise, de la part d’une filiale dans le résultat net d’un groupe ou de l’évolution des ventes traduit un esprit synthétique et un besoin de se situer au niveau macro pour comprendre où il va atterrir. Quant à celui qui s’interroge sur le rythme du reporting ou sur l’équipe avec laquelle il va travailler peut apparaître comme un candidat soucieux de son autonomie. Source : //Cadremploi//
0

EUROASIA

GLOBAL

EDUCATION